Dernières infos

GUINÉE : LE PLEBISCITE DE LA GABEGIE

GUINÉE : LE PLEBISCITE DE LA GABEGIE

 Depuis le mois d’octobre 2016 , le président Alpha Condé ne cesse de se vanter ,partout où ses multiples voyages inutiles mais coûteux pour la Guinée le conduisent ,en déclarant que « la Guinée a mené à son terme , pour la 1ère fois de son histoire un programme économique formel avec le FMI ». Malgré la fanfaronnade qui la caractérise, cette déclaration est pourtant vraie . Par contre , si le bon achèvement d’un programme économique et financier avec le FMI a permis de stabiliser certains agrégats macroéconomiques comme l’inflation et le déficit budgétaire , la mauvaise gestion des dépenses publiques n’a pas permis de relancer la croissance économique et de satisfaire le grand besoin du pays en infrastructures de base ( routes , écoles ,hôpitaux, électricité …………) .

 Il en est de même des objectifs en matière de réformes structurelles susceptibles de créer les conditions d’un environnement favorable à la création d’entreprises et de libération de la croissance créatrice d’emplois . C’est le cas des réformes dans le domaine des marchés publics où l’adoption du code des marchés publics et des textes d’application n’a pas connue de traduction dans la pratique. 

C’est le cas des réformes du code minier qui n’ont pas permis une plus grande transparence du secteur. 

C’est le cas des réformes du secteur de l’électricité qui n’ont pas atteint les objectifs de rationalisation des dépenses . 

C’est le cas des réformes de la justice où les risques d’incertitude du pays se sont multipliés.

  Les choses se gâtent quand Alpha Condé affirme que « désormais libérée des contraintes du FMI et tel un aigle dont les ailes sont libérées , la Guinée peut désormais faire ce qu’elle veut ».

En disant cela , Alpha Conde vise deux objectifs :

Mentir et faire rêver les Guinéens en reportant son échec présent sur un futur hypothétique qu’il prédit ,forcément ,meilleur. C’est l’explication de ses promesses innombrables et irréalistes. En agissant de la sorte, Alpha conde se livre au seul sport qu’il pratique : LA MANIPULATION dans le but de :

-Continuer à faire rêver et espérer les populations à qui on demande de faire preuve de patience «  le bonheur est pour bientôt »

-Multiplier les annonces de projets mirifiques dont la concrétisation est toujours dans le futur

-Mobiliser le noyau dur de ses sympathisants pour les batailles politiques à venir en anesthésiant les velléités de revendications des populations.

Cette stratégie, pour être viable , a besoin de construire une théorie du « bouc émissaire »commode pour justifier les échecs de sa gouvernance.

La fin du programme formel avec le FMI est célébrée par Alpha Condé comme si celle-ci signifiait l’ affranchissement de la Guinée de toutes les règles de bonne gouvernance. Cette attitude peut être très grave pour le pays . Elle suppose le recours à une politique budgétaire expansionniste ( dépenses excessives sans contrepartie en recettes) , le recours à l’endettement auprès du système bancaire pour financer les travaux non budgétisés et le tarissement des réserves de change de la BCRG dont la conséquence est la dégradation négative de la valeur du Franc Guinéen.

 En plus , la fin pourtant connue du programme formel n’a pas été mise à profit pour préparer la suite sur la base d’une évaluation correcte du programme qui s’achève et l’identification des faiblesses à corriger. Le pilotage économique à courte vue , l’effondrement de la crédibilité des informations financières et économiques de la Guinée , la non prise de la réaction des partenaires extérieurs et l’inexistence d’un cadre cohérent et surveillé de la gestion macroéconomique constituent une occasion d’amplification des actes de mal gouvernance comme la contraction dès engagements financiers coûteux sans contrepartie pour le pays . Cette politique de « laisser aller »budgétaire aura , à très court terme , un prix élevé qui affectera sans aucun doute le faible niveau de vie des populations guinéennes.

Les difficultés financières et économiques de la Guinée expliquent l’absence de volonté de mettre en œuvre les accords politiques du 12 octobre 2016  par le report sine die des élections locales .

La faiblesse du gouvernement ( état de délabrement des infrastructures routières par exemple )explique  sa peur du suffrage populaire et pendant ce temps Il dilue sa peur dans la diffusion de rumeurs, sur un éventuel 3ème mandat ,de ragots  ,d’insultes et algarades qu’il orchestre entre les pseudos conseillers qui encombrent les couloirs du foutoir de la République. La décente aux enfers des Guinéens s’accélère et cela va l’emporter

Vivement vivement ce moment

BC TAMBOURA

 

About The Author

Related posts