Google veut désormais imposer Android dans les voitures avec un nouveau concept d’interface

Google et Apple ont commencé à s’immiscer dans le monde de l’automobile respectivement avec Android Auto et Carplay. L’idée est de connecter son téléphone à la voiture afin qu’une interface dédiée vienne s’afficher sur l’écran principal.

Aujourd’hui plus de 50 marques supportent la déclinaison Android avec plus de 500 modèles différents. En parallèle, Android Auto est accessible sur son téléphone de manière indépendante afin de supporter les véhicules les plus anciens. Ce système qui rencontre un fort succès (le nombre d’utilisateurs a progressé de 300 % en un an), n’était qu’une étape pour Google. En effet, le géant de Mountain View veut imposer Android comme système d’exploitation pour l’interface des véhicules (système d’infotainment).

Imposer Android comme OS dans les voitures

L’année passée Volvo et Audi avaient montrés des premiers prototypes. Mais les deux modèles présentés semblaient éloignés d’une commercialisation (il s’agissait vraisemblablement d’une démonstration codée en dur).

En 2018, Volvo confirme une nouvelle fois son engagement en confirmant que ses prochains véhicules utiliseront bel et bien Android comme système d’exploitation. Google a bien compris que ce marché est très différent des montres connectées ou de la télévision : la personnalisation de l’interface est un élément indispensable. Aucun constructeur ne voudrait aujourd’hui proposer la même interface que son concurrent.

L’après Android Auto

A l’occasion de la Google I/O, Google a montré sa vision de l’interface d’une voiture. Elle se veut plus proche de ce que l’on connaît aujourd’hui sur Android Auto, mais ne devrait jamais être disponible en l’état. L’écran est décomposé en plusieurs parties : sur le haut on retrouve l’équivalent de la barre de statut d’Android avec l’heure et l’état de la connectivité. Les différentes sections du menu sont quant à elles présentes sur le bas de l’écran.

Le Google Play dans une voiture

Le Google Play est déjà fonctionnel et permet de télécharger des applications comme Deezer

L’interface peut ensuite fonctionner de deux manières : en mode plein écran ou sur une page d’accueil qui reprend le concept des widgets. On peut ainsi avoir un élément pour contrôler sa musique sur Spotify, tout en ayant à côté une liste de suggestions fournies par Google Assistant. Tout comme chez Volvo, le véhicule peut par ailleurs être contrôlé par l’intermédiaire de l’assistant : lancer Google Maps, obtenir des informations sur l’état du véhicule, envoyer un message…

Le Google Play est également disponible et permet d’enrichir l’écosystème. De nombreuses applications sont déjà fonctionnelles sur ce prototype : Spotify, Deezer, Google Maps… et peuvent être téléchargées et installées. Tout comme chez Volvo, le principe de multi-utilisateurs est au programme : lorsque la voiture démarre, on choisit son profil et on récupère ainsi ses applications avec sa propre configuration.

Le launcher d’applications

Un onglet permet également d’accéder à ses contacts pour rapidement les appeler ou leur envoyer un message. Tout cela peut également être réalisé par l’intermédiaire de Google Assistant.

Google Assistant permet notamment d’envoyer des messages

Le concept montré par Google sert uniquement de démonstration de ce que la technologie permet d’obtenir. Basé sur Android P, Google souhaite suivre le cycle Android, mais comment les constructeurs vont-ils gérés ces mises à jour ? Le système sera-t-il inaccessible pendant les mises à jour ? Cela se fera-t-il silencieusement ?

De nombreuses questions en suspens qui n’auront pas une réponse concrète avant plusieurs années, car le développement d’une telle solution mettra plusieurs années avant d’être disponible sur les modèles à la vente.

Le modèle présenté par Volvo a la particularité d’inclure des profils. Il s’agit d’un équivalent du multi-utilisateur, puisque chaque conducteur va retrouver les applications qu’il a installé avec un launcher propre. Ce profil ne se limite pas à l’écran principal, puisque les caractéristiques du siège conducteur seront également restaurées.

De nombreuses questions restent toutefois en suspens. Faudra-t-il que le conducteur paie un forfait pour la consommation de données de son véhicule ? Quels capteurs l’interface pourra-t-elle contrôler en plus de la ventilation ? Ce système sera-il livré sur l’ensemble des modèles de la gamme ou uniquement en option ?

Le prototype que nous avons pu tester est issu selon Volvo d’un modèle proche de la production. Le constructeur suédois serait donc pionnier dans son domaine, puisqu’Audi qui semblait être intéressé n’est plus présent cette année à la Google I/O.

Edouard Marquez
Frandroid
https://www.mediacongo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.