Dernières infos

Fonds publics : Dalein pourra-t-il justifier son budget ?

Fonds publics : Dalein pourra-t-il justifier son budget ?

Dilapidation des fonds publics, octroi des marchés de gré à gré, impunité, violation des droits de l’homme, etc. Dalein n’a eu de cesse de dénoncer la gouvernance d’Alpha Condé. Il va de soi ! C’est le principal opposant et chef de file de l’opposition. Chef de file, dites-vous avec un budget de 5 milliards GNF que l’Assemblée nationale a déjà statué à travers une résolution. Cette résolution alimente encore la polémique. Au niveau de l’UFDG, on ne s’essouffle point. Pour répliquer, orienter, mettre à nue des affaires de certains, etc.

Dalein veut briguer la Présidence de la République dans trois ans à venir. Ce milliard trimestriel puisé des fonds publics aiguise les appétitset la jalousie. Certainement, si certains politiciens savaient les avantages y afférents, ils se seraient mués miraculeusement en chef de file de l’opposition. Ce n’est pas pour rien que certains s’étaient élevés pour saboter le statut qu’incarne Dalein. Ils avaient pris de canons pour tuer une mouche. Très vite, de guerre lasse ils sont revenus dans les rangs. Avec un goût d’inachevé, de rancœur.

Même dans les rangs de l’UFDG, des esprits avaient commencé à douter de la sincérité de leur leader, l’accusant de jouer en sourdine avec Alpha Condé en acceptant des ressources publiques sans l’implication du Parlement.  Or, « En 2015, on n’a rien eu, 2016, on n’a rien eu. Le 24 février dernier, je reçois une lettre du ministre du Budget m’informant qu’il y a une ligne budgétaire de cinq milliards pour le Chef de file de l’opposition. Après une deuxième lettre arrive pour m’indiquer que ce montant sera versé sur un compte public pour le chef de file de l’opposition en raison d’un milliard deux cent cinquante millions par trimestre », témoigne Dalein Diallo himself.

Avant d’ajouter : « C’était prévu un véhicule de commandement et un véhicule d’escorte, je n’ai pas encore reçu ni l’argent, ni les véhicules en question.  Mais j’ai reçu notification de l’existence du crédit et des modalités de versement du montant de cinq milliards. C’est un montant de 1 250 millions GNF chaque trimestre. Mais à ce jour, à ma connaissance rien n’est encore tombé sur le compte. On m’a dit que l’ordre de virement a été émis, mais qu’il n’était pas encore exécuté. » Comment pourra-t-il alors justifier ces milliards brassés par an, quand on voudra bien cultiver la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des fonds publics ? Que dira-t-il à Alpha Condé et Cie lorsqu’il accepte d’empocher des fonds publics sans aucune garantie administrative, financière. Les documents comptables peuvent toujours être exhibés.

 

Mais, pour quelqu’un – fût on chef de file de l’opposition – qui passe le clair de son temps à dénoncer, il est bien mal placé désormais pour parler, faire des griefs. En politique, le revirement est souvent spectaculaire, mais, il serait maladroit de prendre ces sous sans garantie au Parlement, dans la Loi des finances, un acte du pouvoir centrale, etc. Sinon, bonjour l’auto flagellation.

 

Vraisemblablement, Dalein a pris toutes les garanties afin d’éviter que telle polémique ne le salisse dans le futur. Même si, certains diront que la loi est partout violée : « La déclaration des biens des membres du gouvernement, du président de la République, du président des institutions n’est toujours pas apparue au moindre journal officiel dans notre pays. Donc beaucoup de violations de la loi. La Cour Constitutionnelle est plus que jamais affaiblie », s’insurge Ousmane Gaoual Diallo. Lequel se pose aujourd’hui en véritable défenseur du parti, du budget du CFO, tout en ouvrant d’autres fronts qu’il est prêt à affronter. Armes à la main !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

A propos de l'auteur

Articles similaires