Dernières infos

Enseignement supérieur : vers la concentration des financements

Enseignement supérieur : vers la concentration des financements

« Il s’impose une réflexion afin de proposer une nouvelle architecture de notre système universitaire d’enseignement et de recherche en procédant à des regroupements, des fusions pour avoir des tailles critiques tant en ressources humaines, matérielles et financières. Cette réforme doit se faire très rapidement avec une concentration du financement. » Cette demande est celle de Bano Barry, conseiller en éducation d’Alpha Condé.

En effet, avec  17 institutions publiques et une quarantaine d’institutions privées qui reçoivent des étudiants boursiers de l’Etat guinéen et une vingtaine qui ont les agréments et qui attendent de recevoir des boursiers de l’Etat, une réforme s’impose. Surtout quand on sait qu’une trentaine d’institutions de recherche publiques placées sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, d’une dizaine qui relèvent de ministères sectoriels et des établissements d’enseignement technique et de formation professionnelle de type B post-baccalauréat attendent de connaitre aussi des actions fortes.

En tout cas, selon Bano Barry, on est passé de 42 711 étudiants en 2005-2006 à plus de 100 000 étudiants en 2013-2016. Ces étudiants ont coûté à l’Etat près de 3 mille milliards de GNF en bourse d’études et d’entretien, sans compter les salaires mensuels des enseignants des universités publiques. Malgré tout, le taux de chômage à l’enseignement supérieur était de 61,5%. L’Etat mise actuellement sur l’interruption de son lien avec les universités privées. Les conséquences seront désastreuses pour certaines, mais, la machine est déjà en branle.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

About The Author

Related posts