Enlèvement d’El hadj Doura : Comment le réseau de kidnappeurs a été démantelé ?

L’enquête a été certes longue, mais la gendarmerie a finalement réussi à mettre main sur 85 % du groupe de ravisseurs qui avaient kidnappé l’opérateur économique El hadj Doura, le 05 décembre 2017.

L’arrestation en Guinée Bissau du présumé cerveau de l’enlèvement d’El hadj Mohamed Diallo et certains de ses complices, a permis d’éclairer la lanterne de l’opinion publique sur ce réseau de kidnappeurs, même si les circonstances de son décès restent encore à élucider.

Comment le réseau a été démantelé par les agents de sécurité ?

L’enquête, qui a été conduite par la gendarmerie nationale, est partie tout d’abord de la communication téléphonique des ravisseurs qui ont été localisés. Après son kidnapping, El hadj Doura a été conduit dans divers endroits, notamment à Sonfonia, Kénendé (Dubréka) et à Maléyah, une localité située entre Coyah et Forécariah, où il a trouvé la mort et enterré dans une brousse par les ravisseurs.

L’arrestation du cerveau de l’enlèvement e ses complices a été rendue possible grâce à une forte collaboration entre les services de sécurité et la famille. Les services de sécurité ont suivi l’Itinéraire du présumé cerveau de l’enlèvement, El hadj Mohamed Diallo, qui est parti à Gaoual, puis Koundara avant de rejoindre la Guinée Bissau où il a été suivi et arrêté.

Payement de la rançon de 100 mille dollars

Même si la famille n’a pas collaborer avec  les services de sécurité au moment du versement de la rançon de 100 mille dollars, où  les ravisseurs les ont fait promener dans plusieurs quartiers de Conakry, avant d’obtenir l’autorisation de déposer le montant à un endroit tenu secret, elle a joué toute sa partition dans la phase d’enquête.

« Depuis le 05 Décembre, les bandits ont dit qu’ils ont pris Elhadji Doura en espérant gagner un peu des sous « argent ». Ils ont fait tous qu’ils ont fait en espérant obtenir de l’argent. On leur a donné l’argent en espérant qu’ils allaient libérer automatiquement notre père. Mais malheureusement, c’est pas ce qui fut fait . Notre papa est décédé dans leurs mains. Maintenant c’est le médecin légiste qui va nous dire dans quelle circonstance il est décédé. S’il a été fusillé, étranglé ou maltraité » regrette Thierno Diallo, le fils de la victime.

Mais avant de déposer le montant de 100 000 dollars US, tous les numéros des billets ont été d’abord répertoriés sur une liste et communiqué aux différents cambistes, qui étaient en contact permanent avec les services de sécurité.

Après avoir reçu le montant, les ravisseurs avaient quand même besoin de monnayer le dollar en franc guinéen. C’est à partir de là, que certains  complices ont été arrêtés. Ceci a permis à la commission d’enquête d’avoir  une piste pour démanteler le réseau.

Polémique autour du partage du montant de 100 mille dollars

Le versement de la rançon de 100 mille dollars exigé par les ravisseurs n’a pas permis de libérer l’homme d’affaire. El hadj Moamed Diallo, le cerveau de l’enlèvement a aurait confisqué 50 000 dollars sur le total.

L’argent aurait été confié à un de ses amis, qui a également pris une autre destination.

Le film de l’arrestation du présumé cerveau de l’enlèvement :

« Ce bandit qui était parti se cacher en Guinée Bissau est passé par ma zone à Gaoual. Notre hiérarchie de Conakry nous a dit que le cerveau serait dans notre partie, ça c’est depuis le mois de janvier dernier quand les enquêtes ont démarré. Entre temps il sort de la Guinée pour la Guinée Bissau. Nous n’avons pas tourné la page parce qu’il est passé dans notre zone il fallait absolument le trouver. Nous avons continué les enquêtes, dans l’approfondissement de l’enquête nous avons eu son numéro de téléphone de la Guinée Bissau.

A travers le numéro nous avons pu exploiter comprendre avec qui il communique en Guinée. La personne avec laquelle il communique en Guinée a aussi accepté de collaborer. Comme la piste est potentielle, nous avons rendu compte à Conakry qui nous a donné l’ordre de franchir la frontière pour la Guinée Bissau afin de continuer la recherche. Nous sommes allés en Guinée Bissau où nous avons passé deux semaines. Nous sommes entrés en contact avec les autorités Bissau Guinéenne particulièrement la police ainsi que le consul de Guinée dans le pays » explique le commandant Mamadou Saliou Diallo dit Zaïrois, responsable de la compagnie gendarmerie territoriale de Gaoual, qui a dirigé les opérations en Guinée Bissau. Avant d’ajouter « (..) Nous avons réussi à mettre le grappin sur lui dans le quartier où il résidait à Bissau à 4 heures du matin. », s’est-il réjoui.

De son côté, le porte-parole du Haut Commandement de la Gendarmerie nationale, a pour sa part rappelé que  « les 85% des personnes qui ont participé à ce kidnapping sont déjà mis aux arrêts »..

Le Colonel Mamadou Alpha Barry s’est réjoui de cette avancée dans l’enquête avant de rappeler  que  du fait qu’on a pris l’initiateur principal de cet enlèvement, Elhadj Mohmed, c’est un bon signe. Car, explique-t-il, « à partir de sa communication, on saura leur modus operandi et l’éclatement du groupe. Nous sommes en train d’œuvrer. Actuellement, ils sont activement recherchés par nos services. Ils se trouvent au niveau de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Bénin. Pour ce cas, nous sommes avec des professionnels pour poser les bonnes questions », conclu l’Officier média de la gendarmerie nationale.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.