Dernières infos

Elections locales : Bah Oury dénonce des « oligarchies politiques »

Elections locales : Bah Oury dénonce des « oligarchies politiques »

« Ce nouveau code électoral tel qu’il est présenté n’est pas en conformité avec la Constitution et n’est pas susceptible de nous permettre d’avoir des élections stables qui permettent l’expression réelle du soufrage universel. »

Bah Oury est loin de la phase des deux formations politiques – UFDG et RPG – qui ont mûri la démarche. En cause :«La nomination des chefs des quartiers et des présidents de districts par des conseillers élus n’est pas une bonne situation. Il faudrait que l’expression soit plurielle, qu’elle soit plus large et qu’elle soit libre. »  Et de justifier dans une interview qu’il a accordée au journal Le Démocrate : « La gestion de proximité de nos villes pose un sérieux problème. On ne peut pas  faciliter la mise en place d’oligarchies politiques qui vont étouffer les votes des électeurs.  Dans les quartiers et les districts, il y a des conseils consultatifs qui sont composés par des différentes associations des forces vives du quartier et du district et qui siègent et qui peuvent élire selon une nomenclature que le ministère de l’Administration du territoire peut formuler. »

Ainsi, « Ils peuvent élire un bureau et le responsable du bureau qui sera le chef du quartier ou le président du district ce sera des décisions qui émanent de la population qui sont en adéquation avec la constitution et qui sont dans le sens de renouvellement de l’espace démocratique et de développement de la citoyenneté. » Pour Bah Oury donc, la seule alternative qui vaille c’est d’éviter le népotisme et le favoritisme. Or, « Si le maire va élire et va nommer le chef de quartier avec tout ce que vous connaissez des pratiques de mal gouvernance et des pratiques népotistes dans ce pays, il va de soi que beaucoup de zones  de notre pays deviendront des zones d’instabilité. »

Pourtant, aux dernières nouvelles, la Cour constitutionnelle a validé le projet avec quelques corrections qui n’enfreignent quand même pas au passage en force des dispositions modifiées. Bah Oury et les autres seront déçus.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

About The Author

Related posts