Élection à la Mairie de Matoto: Un citoyen écrit au ministre Bouréma Condé

La reprise du vote à la Mairie de Matoto organisée par le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation pour départager le RPG (son parti) et l’UFDG (son opposition) se passe actuellement dans des conditions tristes et honteuses.

Une première élection, organisée le 15 décembre 2018, avait été sanctionnée par la victoire du candidat de l’UFDG avant qu’un responsable du RPG (Moussa Keita) se saisisse des bulletins de vote de son parti pour les déchirer vue que le vote virait au cauchemar pour son candidat.

Ceci rappelé, je m’en vais poser quelques questions au ministre Boureima Condé :

  1. Qu’est ce qui a fait que ce monsieur qui a déchiré les bulletins de vote du RPG s’est comporté de la sorte ?
  2. Lors que les forces de l’ordre l’ont arrêté et déposé dans un poste de police qui a donné ordre de le libérer ?
  3. Si c’était un responsable de l’opposition qui s’était comporté de la sorte, est-ce qu’il y aurait eu une reprise du vote ?
  4. Est-ce que ce monsieur allait être relâché dans les minutes qui ont suivi son interpellation ?
  5. Pour quoi dans une république normale on réquisitionne un si grand nombre de forces de l’ordre pour faire élire un maire d’une commune, fut-elle la commune de Matoto ?
  6. Est-ce-que aux yeux de l’opinion nationale et internationale ce dispositif de sécurité mis en place n’est pas une honte pour la Guinée ?
  7. Lors qu’à Kindia, les forces de l’ordre ont fait évacuer manu militari les conseillers de l’UFDG pour installer le nouveau maire, pour quoi vous n’avez pas pris une décision ou un acte pour faire reprendre le vote malgré qu’il y a eu perte en vie humaine?
  8. Pourquoi en Guinée, les autorités que vous êtes, vous ne voyez pas ce qui se passe au tour de nous et copier ce qui est bon ?
  9. En Côte d’Ivoire, au Sénégal et dans d’autres pays voisins une élection est une élection, on ne triche pas autant qu’en Guinée. Pourquoi ce qui se passe ailleurs ne vous inspire pas ?
    Je sais par avance que je n’aurai pas de réponses à cette série de questions, mais les autres notamment les guinéens réfléchis et les étrangers qui vivent chez nous comprendront que la Guinée est un pays à part.

Un citoyen honnête

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.