Don Kass ou l’homme qui voulait foutre la trouille

Kassory Fofana, le chaudron ! Il aura été on en convient, l’homme qui voulait à tous prix, foutre la trouille chez des adeptes de la démocratie et des libertés collectives et individuelles. Don Kass s’est essayé en voulant servir outrageusement Alpha Condé dont la moyenâgeuse carapace s’est désormais révélée perméable. Le Premier ministre semble donc faire machine arrière. Le pays est devenu plus ingouvernable avant son arrivée qu’aujourd’hui.

Son arrogance et son mépris ont fini par radicaliser les syndicalistes, à retrancher les opposants et à mettre en mal le régime qu’il est censé servir. Une halte après une course méprisante a permis à Don Kass qu’il est seul. Et il risque de se mettre sur le dos toute la Guinée y compris les militants du RPG. Il a désormais la trouille dans les tripes. Il ne veut plus assumer seul les dérives du régime.

 

Pourtant, soûlé par sa promotion, Kassory a dit préférer outrageusement l’ordre à la loi : «L’ordre public est l’une des priorités du gouvernement. Nous allons établir l’ordre public en Guinée. Entre la loi et l’ordre public qui est la sécurité des citoyens et de leurs biens, je choisis l’ordre public sans lequel rien ne peut être fait. La démocratie à ses obligations, ses droits, ses principes et ses devoirs. Au nom de quoi des partis politiques, des organisations de la société civile et le syndicat peuvent prendre en otage tout un pays. Lundi grève, mardi, ville morte, mercredi, marche… Aucun pays au monde ne fonctionne ainsi. Simplement le Pr. Alpha Condé a sorti la Guinée de l’ombre, il veut en faire un bijou, on veut lui en empêcher. »

Ces dernières heures, ce discours n’est plus d’actualité. Il a d’ailleurs par courrier, demandé au ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Alpha Ibrahima Keira « à faire toute la lumière sur cet incident tout comme sur les allégations de tirs à balles réelles. Comme vous le savez, il règne en ce moment sur notre Capitale Conakry un climat délétère, entretenu par des évènements malheureux, consécutifs aux appels répétés de l’opposition à des manifestations de rue et à des ‘’journées villes mortes’’. Tout récemment, un incident a conduit le Chef de file de l’opposition à porter plainte pour une présumée tentative d’assassinat sur sa personne », a rappelé Kassory Fofana à son Ministre Alpha Ibrahima Keira.

Pour mieux se couvrir, lui par qui la crise est arrivée, il évoque l’image de la Guinée : « Pour l’image de notre pays et la sauvegarde des acquis de notre jeune démocratie, il est impérieux de faire la lumière sur cet incident, tout comme les allégations de tirs à balles réelles souvent imputés aux forces de maintien d’ordre. Il y va de la crédibilité de l’Etat et de la confiance des citoyens vis-à-vis de nos forces de sécurité », a instruit Don Kass.

 

Tant mieux si Bafoe a bien compris les consignes.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.