« Dislike mobs » : YouTube envisage de supprimer le bouton « Je n’aime pas » pour lutter contre les trolls

ouTube n’échappe pas aux dislike mobs, ces groupes de personnes qui s’organisent pour décrédibiliser des vidéos à grand renfort de « dislike », souvent sans même les regarder. Utilisée à l’encontre de petites chaînes, cette pratique peut avoir un effet particulièrement néfaste. En effet, l’algorithme de YouTube va avoir tendance à noyer ces vidéos dans la masse pour réduire leur visibilité.

Des discussions sont en cours au sein même de la firme pour tenter de freiner ce phénomène, rapporte The Verge.

Des haters adeptes du « pouce rouge »

Depuis son lancement en 2005, YouTube se distingue par la possibilité offerte aux internautes de « liker », mais aussi de « disliker » une vidéo à travers un système de pouces verts ou rouges. Jugés trop négatifs par YouTube, ces derniers ont récemment disparu au profit d’une barre verte censée traduire la popularité d’une vidéo.

Malgré ces aménagements, la plateforme reste victime des « dislike mobs ». Un exemple très parlant est celui du « YouTube Rewind », une vidéo mise en ligne en décembre 2018 et rapidement devenue la vidéo la plus détestée de toute l’histoire de YouTube, rappelle Slate.

YouTube contre-attaque

Récemment, la plateforme a posté une vidéo détaillant les solutions envisagées en interne. Un responsable évoque la possibilité de pas afficher les boutons like/dislike par défaut. Chaque Youtubeur aurait ainsi le choix de les afficher ou non sur sa chaîne. Problème : cette option masquerait aussi les mentions « j’aime ».

Parmi les autres options évoquées, la plateforme pourrait demander à l’internaute la raison pour laquelle il n’a pas aimé cette vidéo : « ça ne m’intéresse pas » ou encore « je n’aime pas cette chaîne » figurent parmi les réponses possibles. Un procédé chronophage qui devrait compliquer la tâche aux adeptes du dislike de masse.

Enfin, YouTube pourrait également envisager de ne plus afficher le nombre de dislikes, voire de supprimer totalement la possibilité de disliker.

www.20minutes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.