Diouldé Diallo de la SEG : un délinquant économique présumé ?

Si les gouvernements antérieurs avaient pris au sérieux cette histoire de malversations et de corruption rampante, à ce jour, la lutte serait dans les mœurs.

En effet, il y a près de dix ans, lorsque l’ex ministre des Finances, Mohamed Diaré annonçait la présence d’un cabinet d’audit pour lorgner toutes les régies financières et autres structures de l’Etat: « Que ce soit l’agriculture, l’énergie, les travaux publics, etc. Partout. Je veux avoir un programme de contrôle à la Santé et dans tous les secteurs que nous allons examiner et valider pour voir effectivement si l’argent public a été bien utilisé. Que ce soit le secteur de l’énergie ou ailleurs, partout où l’Etat a investi un franc, il faut qu’on ait un regard. »

On s’est limité à l’annonce. Aujourd’hui, avec la conviction de Malado kaba, on a eu droit à des audits dont le rapport est entre les mains d’Alpha Condé. Jusqu’au jour Don Kass a limogé deux DG, la semaine dernière lesquels doivent répondre devant l’Agent judiciaire de l’Etat. Paul Moussa et Cie ne sont pas les seuls dans les malversations. De nombreux noms sont cités. Comme celui du Directeur Général de la SEG.

Mamadou Diouldé Diallo supposé être un protégé d’Alpha Condé serait dans de sales draps. Il draine beaucoup de casseroles. Du moins, si l’on en croit à ses collègues et aux millions GNF dont la presse en a parlés depuis des lustres. Des sources dignes de foi font été d’une gestion opaque et d’une gabegie sans commune mesure. Non seulement dans l’octroi des marchés, mais aussi dans les équipements. On le sait, sur les 146 marchés octroyés par le gouvernement récemment, rares sont ceux qui sont conformes Code des marchés publics. « Vous prenez 68 marchés  audités d’une valeur de 12 000 milliards GNF et sur ce montant également vous prenez 16 marchés sur 68 d’une valeur de 3 000 milliards GNF. Le constat est que 13% seulement des marchés sont conformes à la loi sur les marchés publics qu’on appelle Code des marchés publics ; 63% sont non conformes, il y a 24% qui ne sont même pas ‘’auditables’’. C’est-à-dire, il n’a même pas de document de base correcte, sincère pour dire qu’ils sont préjugés. Donc grosso modo, 93% des marchés sont hors normes. Et dans ce lot également 92% des marchés sont dé gré à gré », dénonçait récemment Chérif Bah de l’UFDG.

Pourtant, au cours d’un de ses rares voyages à Siguiri, le berceau du RPG, Alpha Condé avait déclaré : «Plus de détournement, plus de vol. C’est fini !» Chacun a dû rire sous cape, prenant Alpha Condé soit pour menteur, soit d’amnésique. Voire les deux. En mettant donc aujourd’hui les projecteurs sur la SEG, on pourra certainement être mieux fixé.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.