Dernières infos

Désordre au Pré universitaire: des écoles privées menacées de fermeture

Désordre au Pré universitaire: des écoles privées menacées de fermeture

Des enclos transformés en écoles privées d’enseignement général ou de franco arabe. Des domiciles privés en chantier transformés en écoles. Des logements d’habitation (annexes ou villas) deviennent des lieux d’apprentissage. Le Pré universitaire est malade du système. L’Etat construit peu d’écoles et s’il en construit, le personnel enseignants est insuffisant, mal formés ou abandonne carrément les postes.

Pour pallier ce manque à gagner, n’importe qui ouvre des écoles privées ou des locaux ne répondent jamais aux exigences requises. Dans bien de ces écoles, le personnel enseignant est formé sur le tas. Ce sont des diplômés sans emploi, des parents et petits cousins tirés d’ici et là qui donnent des cours. Dans la plus grande pagaille. Avec ou sans la complicité des autorités de l’Éducation de la ville de Conakry, de la Commune ou tenez-vous bien du Département de tutelle. Ces écoles souvent bâties dans les quartiers inaccessibles de Conakry aident tout de même certains parents d’élèves peu soucieux de la qualité de l’enseignement reçu.

En réalité, la proximité permet à certains de faire des économies de transport. Tout se joue dans le bas quartier. Aujourd’hui, 93 écoles privées sont menacées de fermeture, à cause notamment de leur illégalité, de leur manque de conformité, etc. La démarche avait été entamée sous le ministre Kourouma mais, la montagne aura accouché d’une souris. K au carré remet ça. On attend de voir les résultats.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

A propos de l'auteur

Articles similaires