Damaro se dédit à propos de la Mairie de Matoto

Amadou Damaro Camara, le très polémiste président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle vient de se dédire, en manifestement nier ses déclarations faites, il y a juste quelques jours. Ces déclarations faisaient état – Ousmane Gaoual Diallo l’avait souligné – d’une demande de la part du RPG pour un report de quelques jours de l’installation des exécutifs communaux à Matoto.

Il nie tout : « Je ne suis pas celui qui fixe les calendriers, je ne suis pas le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation qui ordonne à ses cadres quand est-ce que  les élections se tiendront par-ci ou par-là. Mais ce que je sais, souvent sur la demande des politiques et des deux camps, on demande de surseoir pour telle ou telle raison. Je ne sais pas pourquoi ça tarde, je ne suis pas impliqué dans le choix des délais pour la tenue des élections. Je suis législateur et on fait souvent le tort de me donner un pouvoir que je n’ai pas. » A ceux qui associe ledit report aux querelles internes notamment entre l’UFR et le RPG, Damaro tente de rassurer : « Si les conseillers de l’UFR ne respectent pas les consignes de vote, c’est clair que nous serons dans une mauvaise posture. Mais, je crois que le président Sidya de l’UFR a été clair. Quels que soient les problèmes, ils  respecteront leurs engagements parce que nous, nous les avons respectés à Matam. Nous avions plus de conseillers que l’UFR à Matam. Nous avions plus de conseillers que l’UFR à Matam. Et volontairement, dans le cadre de cette alliance, nous avons donné la mairie à l’UFR. Nous avons rencontré leurs conseillers. Nous n’avons absolument aucun doute sur leur engagement à voter le candidat du RPG à Matoto et nous allons l’emporter. » Sauf que l’UFDG n’a pas dit son dernier mot.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.