Dernières infos

Crise à l’Enseignement supérieur privé : le déni de Yéro Baldé !

Crise à l’Enseignement supérieur privé : le déni de Yéro Baldé !

Des excuses publiques ! Voilà ce que réclament avec véhémence les fondateurs des Universités privées guinéennes accusées, on le sait, de faire prospérer des fictifs dans leurs entités. La crise couve depuis bien des semaines. Les deux parties bataillent ferme contre des chiffres du ministre de l’Enseignement supérieur du reste qualifiés d’erronés par la partie d’en-face.

L’accusation agace et fâchent plus d’un au niveau du privé. Certains politisent la publication du rapport de la controverse. D’autres y voient un règlement de compte d’une autre époque. Le ministre lui, veut rester serein. C’est du déni qui pourrait bien faire éjecter YéroBaldé de son poste, car, l’affaire fait vraiment du bruit et risque d’éclabousser des hauts perchés.

Depuis la publication du fameux rapport d’audit ayant dénichés les fictifs, YéroBaldé n’en a pas fait cas au Conseil des ministres du vendredi dernier à Conakry. Il a préféré évoquer autres sujets, notamment celui lié de la situation chaotique du centre de recherche médicale de Dubreka actuellement en désuétude. S’agissant de la crise au Supérieur, motus et bouche cousue. Ce déni rappelle celui de son homologue du Pré Universitaire qui avait banalisé la crise syndicale. Une crise qui a fini par le faire partir de son poste de ministre.

En lieu et place d’une rencontre au sommet avec les fondateurs avant toute publication du rapport d’audit, Yéro va vite en besogne et se défend pour dire que c’est provisoire. Se sentant attaqués, salis, souillés, les fondateurs brandissent la glaise de l’arrêt des cours dans les Institutions privées. Une option que ne voudrait pas du tout Alpha Condé, déjà en proie à un sursis lié à la politique et au social. Il ne voudra pas d’une autre crise voulue et créée de toutes pièces.

Yéro Baldé met donc dans la balance son fauteuil. Les prochains jours risquent d’être palpitants. A moins qu’il ne soit soutenu par Alpha Condé. Un soutien éphémère parce que quand ça chauffe, il se débarrasse tout bonnement de son ministre pour sauver les meubles.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

About The Author

Related posts