Côte d’Ivoire : alliance imminente entre le PDCI et le FPI

Après la sortie du PDCI de la coalition au pouvoir – le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) -, son président Henri Konan Bédié a lancé les négociations avec le FPI pour une nouvelle alliance.

En Côte d’Ivoire, les alliances se font et se défont au gré de l’humeur politique. En témoigne celle qui devrait bientôt voir le jour entre le PDCI et le Front populaire ivoirien. Vendredi, les leaders des deux partis, Affi N’Guessan et Henri Konan Bédié se sont rencontrés à la résidence de ce dernier, dans la capitale ivoirienne Abidjan.

“Rien ne s’oppose à ce que dans une plateforme, comportant toutes les forces vives de la Nation dont les partis politiques, le Pdci et le Fpi se retrouvent, ensemble”, a estimé face à la presse Henri Konan Bédié. Une thèse à laquelle adhère son hôte qui a dit toute sa “disponibilité à envisager dans le cadre des élections locales toutes les possibilités d’alliance”.

Ce nouvel épisode de la vie politique ivoirienne intervient après que le PDCI a tourné le dos à la coalition au pouvoir, le RHDP suite à des tensions internes.

En juillet dernier, lors du congrès électif du Front populaire ivoirien au cours duquel ses partisans lui ont renouvelé leur confiance, Pascal Affi N’Guesssan tendait déjà la main au PDCI, reconnaissant par-dessus “qu’aucun parti peut gagner seul les élections en Côte d’Ivoire”.

Calculs politiques

Si l’accord de principe semble désormais acquis avec le leader du PDCI, il reste toutefois à définir les conditions de la nouvelle alliance ainsi que sa dénomination. Sera-t-elle une coalition à l’image du défunt RHDP ou simplement une plateforme de partis indépendants dans leurs choix politiques. Les prochains jours éclairciront probablement l’opinion.

Dans l’attente des derniers détails, Pascal Affi N’Guessan joue également en sous main le renforcement de son poids politique, au sein même de son parti, après la libération surprise de l’ancienne Première dame Simone Gbagbo qui a bénéficié d’une amnistie du président Alassane Ouattara.

En conflit ouvert avec une partie du FPI depuis la chute de Laurent Gbagbo – actuellement incarcéré à La Haye – Affi N’Guessan veut également se prémunir du retour en force de l’aile Aboudramane Sangaré qui a plutôt les faveurs de l’ancienne Première dame. Lors de la sortie de prison ce mercredi de Simone Gbagbo, M. Sangaré était d’ailleurs l’une des premières personnes à la recevoir.

http://fr.africanews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.