Coopération entre la Guinée, l’Algérie et la Tunisie: «Il y a beaucoup de perspectives», promet l’Ambassadeur Diao Baldé (Interview 1ère partie)

Alors que le Maroc poursuit son offensive commerciale et diplomatique tant en Guinée que dans le reste du continent Africain, notre pays fait l’objet d’une convoitise des investisseurs Algériens et Tunisiens, qui veulent explorer le marché guinéen, après la relance de la coopération bilatérale entre la Guinée ces deux pays magrébins

Pour en savoir plus sur les domaines de coopération avec notre pays, nous avons joint au téléphone à Alger, l’Ambassadeur de la Guinée en Algérie et en Tunisie.

Dans cet entretien exclusif qu’il a bien voulu nous accorder, Son Excellence Ousmane Diao Baldé, explique la situation, les perspectives de coopération entre la Guinée et les deux pays de sa juridiction.

Lisez !

Kababachir.com : Bonjour Excellence !

Ousmane Diao Baldé : Bonjour !

En votre qualité d’Ambassadeur de la Guinée en Algérie et en Tunisie, pouvez-vous nous dire en quelques mots, les domaines sur lesquels porte la coopération entre la Guinée et ces deux pays magrébins ?

La coopération avec les deux pays est non limitative. C’est une coopération dans tous les secteurs possibles, ça couvre  tous les domaines de coopération bilatérale. Mais il y a certains secteurs qui sont beaucoup plus en activité, notamment pour l’Algérie, le domaine de l’éducation. Il ya environs 150 étudiants guinéens en Algérie. Depuis l’indépendance, l’Algérie a appuyé la Guinée dans la formation de ses cadres. Vue la situation entre les deux pays, l’éducation enregistre le plus gros dans cette  coopération. D’autres secteurs sont dans la perspective, dans deux à trois mois la commission mixte va se tenir, ça sera réellement le cadre idéal de concertation et ça va booster les relations dans beaucoup d’autres secteurs. Déjà j’ai pu vous dire qu’avec l’Algérie, il y a deux mois, on était à Conakry avec une délégation forte des 13 cadres des différents départements. On avait tenu une réunion interministérielle pour préparer les travaux de la commission mixte qui sont en retard de 44 ans. Depuis 1974, la commission mixte ne s’est pas tenue, ça veut dire qu’il ya une volonté politique qui est affichée au niveau des deux gouvernements pour relancer et dynamiser la coopération.

Au cours de cette réunion, 22 projets d’accords ont été négociés, et 15 ont été adoptés.

Tous ces projets doivent être finalisés et signés pendant la prochaine session de la commission mixte, qui se tiendra avant la fin de l’année.

Déjà, il ya des échanges des délégations de haut niveau entre les deux pays.

Avec la Tunisie aussi les travaux  de la commission mixte, accuse un retard de 24 ans. Cependant, avec la volonté affichée par les deux gouvernements, des consultations sont en cours, pour la tenue de la prochaine session avant la fin de l’année.

Il y a beaucoup d’activités qui sont exercées entre la Tunisie et la Guinée dans le cadre de la coopération bilatérale

Il s’agit notamment des domaines de la santé, de l’éducation, de la défense et des transports entre autres.

Toutefois, en dépit de cette situation,  il y a d’intenses activités entre la Tunisie et la Guinée

Dans le domaine de la santé, avec la Tunisie, il  ya deux semaines, le ministre guinéen de la santé était à FAX (en Tunisie) dans le cadre d’un forum international intitulé « Fax pôles de santé ». A l’invitation de son homologue tunisienne, suite à une audience qu’elle m’avait m’accordée.

Au cours de leur entretien les deux parties ont décidé, de renforcer la coopération dans leur domaine, et la Tunisie a offert la formation à des médecins et infirmiers guinéens.

Déjà, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale de la Guinée est en négociation et a même a souscrit des engagements avec d’autres institutions sanitaires tunisiennes pour des évacuations médicales et de coopération dans le domaine de la santé.

Le gouvernement guinéen est en négociation avec  le Centre médical international Carthagène pour la gestion de l’hôpital Donka et à la formation des agents et personnels de cette institution après sa rénovation.

Dans le domaine du transport, sur les instructions du Chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, et avec l’appui de la plus haute autorité tunisienne, j’ai mené des consultations avec le soutien du ministre d’Etat des transports et le ministre d’Etat guinéen en charge des questions d’investissements publics et privés, auprès des autorités tunisiennes, pour l’ouverture de la ligne aérienne Conakry- Tunis .

Suite à ces consultations, les deux parties ont procédé à la signature des accords à Conakry, en septembre 2015.

Il y a un accord sur le transport aérien, un accord sur le transport maritime et un accord sur la reconnaissance du Brevet maritime.

Ce qui permet à des marins guinéens de travailler en Tunisie et inversement. Et suite à la signature de ces accords, on a assisté, le 27 mars dernier au vol  inaugural de TUNISAIR à Conakry. Donc en moins d’un an, nous avons pu obtenir la négociation, l’ouverture et à l’inauguration de la ligne TUNISAIR à Conakry, avec deux vols par semaine. Ça veut dire que c’est un domaine porteur de croissance qui facilite la mobilité des populations et des échanges entre guinéens et Tunisiens.

A la faveur de ce vol inaugural il a été organisé au Serathon de Conakry,  deux journées de concertation économique entre la Guinée et la Tunisie,  pour établir des partenariats économique gagnant-gagnant entre opérateurs économiques guinéens et des opérateurs économiques tunisiens et pour renforcer la coopération entre les deux pays.

Pour ce vol inaugural, 108 personnes, notamment des membres du gouvernement tunisien, des chefs d’entreprises, des opérateurs économiques, des agences de voyage, etc… avaient fait le déplacement de Conakry.

Aussi, les 30 et 31 mai dernier, une délégation guinéenne conduite par le ministre d’Etat en charge des questions d’investissements publics et privés, la direction générale de l’APIP et des hauts cadres guinéens et moi-même avons organisé une journée économique guinéenne à Tunis, en faveur de cette concertation.

Je suis heureux de constater qu’il y a un engouement réel au niveau des autorités de la Tunisie et des opérateurs économiques tunisiens et guinéens pour renforcer la coopération économique.

Dans le domaine de la défense et de la sécurité aussi avec la Tunisie, il y a un projet d’accord de coopération en cours des négociations. Déjà, la Tunisie propose à la Guinée la formation des cadres et agents des forces de défense.

On constate que la plupart des étudiants guinéens en Tunisie, sont à titre privé, ça veut dire que le nombre de bourses accordées à la Guinée reste encore limité ?

Oui, c’est vrai le nombre de places reste limité, mais tout cela dépend du niveau de la coopération entre les deux pays. Je vous ai dis qu’il y a 24 ans il n’y pas eu de concertation. Quand j’ai pris fonction, j’ai mené les consultations auprès des autorités tunisiennes pour rétablir ce cadre concertation et booster les relations bilatérales.  Depuis, nous avons bénéficié de l’augmentation considérable du nombre des bourses aussi bien pour l’enseignement supérieur que pour l’enseignement technique et professionnel.

L’année dernière, 30 places ont été attribuées à la Guinée dans le cadre de l’enseignement supérieur. A l’avenir, j’ai bon espoir, pour un accroissement de ce quota en tenant compte des perspectives affichées dans le cadre de cette coopération.

Au niveau de l’éducation, il y a près de 200 étudiants guinéens qui sont en  formation en Tunisie, certains dans le cadre de la coopération bilatérale, d’autres c’est à titre privé.

Et l’Algérie ?

En ce qui concerne l’Algérie, il y a actuellement 150 étudiants guinéens dans les différentes institutions algériennes.  Il y a très peu d’écoles privées en Algérie, ce qui fait que la majeur partie des étudiants guinéens sont en Algérie dans le cadre de la coopération bilatérale. L’Algérie, vient d’offrir 43 bourses au titre de l’année universitaire 2017-2018. Parmi ces 43 bourses, 17 sont destinées à l’enseignement supérieur, 16 à l’enseignement technique professionnel et 10 aux affaires religieuses.

A suivre……..

Entretien réalisé par Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.