Comment la Tchécoslovaquie a espionné Trump pendant plus de dix ans

Les services de renseignement tchécoslovaques ont espionné Donald Trump pendant plus de dix ans dans les années 1970 et 1980, rapportent le Guardian et le magazine tchèque Respekt. En pleine guerre froide, les intentions de cet ancien pays du bloc communiste étaient d’exploiter la proximité de Trump avec le gouvernement américain pour obtenir des informations.

C’est en 1977 que le renseignement tchécoslovaque, le Státní Bezpecnost (StB), a commencé à s’intéresser à Donald Trump. Et pour cause, le New Yorkais s’est marié cette année-là à une ressortissante tchèque, Ivana Zelnícková, la mère des trois premiers enfants du président américain.

Désormais scindée en deux pays, la Tchécoslovaquie était l’un des régimes les plus stricts du bloc communiste. Le StB était quant à lui connu pour ses activités d’espionnage, avec un réseau de milliers d’informateurs répartis dans tout le pays et dans le monde.

Un beau-père à la langue bien pendue
Selon des documents d’archives, des centaines d’étrangers ont été espionnés de la fin des années 70 à la disparition du rideau de fer. Donald Trump figurait donc parmi les cibles des espions du StB après son mariage avec Ivana. Il s’avère que le beau-père de Trump, Miloš Zelnícek, transmettait régulièrement des informations sur les visites de sa fille aux États-Unis et sur Trump au StB.

L’espionnage du magnat de l’immobilier s’est encore intensifié à la fin des années 80 lors de l’élection présidentielle de George H. W. Bush, comme le montrent des documents que le Guardian et Respekt ont pu consulter. A cette époque, Trump jouissait encore d’une réputation de brillant homme d’affaires. Un businessman au carnet d’adresses bien rempli. A Manhattan bien sûr, mais aussi à Washinton D.C. Lors d’un voyage dans son pays d’origine, Ivana Trump affirme à ses parents que George Bush va facilement remporter l’élection au détriment du démocrate Michael Dukakis. Une information directement rapportée au StB par le père d’Ivana.

Le renseignement tchécoslovaque a manifestement trouvé le bon filon. Dans un rapport rédigé en janvier 1989, juste après après les élections, Ivana Trump est décrite comme une “citoyenne américaine fortunée” et “capable de se glisser au sein des plus hautes sphères de la politique américaine.”  Le but ultime du StB était d’en apprendre davantage sur “les activités des services de renseignement américains.”

Le KGB impliqué?
Des journalistes du Guardian et de Respekt ont rendu visite à deux anciens officiers du renseignement du StB qui ont confirmé l’espionnage. L’un d’entre eux, Vlastimil Danck, a déclaré que “Trump était évidemment une cible intéressante pour nous. Il était un homme d’affaires ayant de nombreux contacts, y compris au sein de la politique américaine. Il était influent et nous savions qu’il voulait devenir président dans le futur.”

Etroitement lié au StB, on ignore cependant si le renseignement russe, le KGB, est impliqué d’une manière ou d’une autre dans ces opérations d’espionnage visant Donald Trump.

https://www.7sur7.be

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.