Dernières infos

Chérif Bah et les 900 Peulhs : comment cicatriser les plaies ?

Chérif Bah et les 900 Peulhs : comment cicatriser les plaies ?

La déclaration a provoqué une vive levée de boucliers. Son auteur semble avoir dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas : la chasse au faciès au sein même de l’administration publique. Mais, Chérif Bah n’en a cure. Selon des proches, ce vice-président intérimaire de l’UFDG menace de remettre ça, afin que plus jamais, la Guinée ne soit gérée selon la couleur ethnique ou tribale.

C’est pourquoi, excédé, Chérif Bah dit ne pas retirer ses propos et d’ailleurs, « Je n’ai pas peur. La peur est un élément minime pour nous aujourd’hui. Je n’ai pas commis une faute. » Dans une interview accordée à Guinée matin, ce cadre de l’UFDG est largement revenu sur le mouvement nouvellement créé « FoutaFiiFow, FowFiiFouta », ce qui veut dire « tout le monde pour le Fouta, le Fouta pour tout le monde». Il dénonce « des mouvements séparatistes, divisionnistes qui particularisent le Fouta. Tenez-vous bien que ce mouvement a été lancé devant les guinéens le 15 juillet 2017 à Sékhoutoureyah, devant le chef de l’Etat. C’est là qu’on va faire des débats orientés géographiquement, régionalement. Le monsieur qui a parlé là-bas (NDLR, Hady Barry) dit que le Fouta était comme un enclos qu’on a fermé et la clé donnée à quelqu’un. »

Pour Chérif Bah, c’est choquant d’entendre tout cela. Et de battre en brèche : « Contrairement à ce que l’on dit, personne n’est effrayé. Vous trouverez des gens de la famille qui sont du RPG, de l’UFDG, du PEDN ou de l’UFR. On y vote dans le secret des urnes et non sur des nattes. Donc, ce mouvement est séparatiste, on l’introduit dans la politique. Pourquoi on introduit un débat régional dans la politique, je suis contre. C’est un mouvement qui va prendre de l’argent dans les mains du Professeur national pour aller le dépenser je ne sais dans quel but. S’ils veulent faire de la politique, qu’ils viennent dans le champ politique. C’est ainsi que j’ai dit que s’ils aiment le Fouta, ils n’ont qu’à réintégrer les 900 fonctionnaires Peulh qui ont perdu leurs postes dans l’administration depuis 2011. »

Un conseil pour Alpha Condé : « Ne pas se tromper avec des gens comme ça. Je pense qu’il est entrain de comprendre. Il a dû faire des enquêtes pour savoir qui sont ces gens-là. Ils ne représentent pas du tout le Fouta. » Ce conseil sera-t-il pris en compte ? En tout cas, on vous l’aura averti.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

About The Author

Related posts