Carlos Ghosn conteste les accusations de fraude fiscale qui le visent

Selon la télévision japonaise NHK, l’ancien patron de Renault-Nissan, démis de ses fonctions jeudi, a réfuté les charges dont il fait l’objet lorsqu’il a été interrogé par la justice.

nvoyer par e-mail

Carlos Ghosn s’est dit innocent face à la justice japonaise. L’ex-patron du groupe Renault-Nissan a contesté les faits de fraude fiscale dont il est accusé, a affirmé dimanche la chaîne de télévision publique japonaise NHK. Le Franco-Libano-Brésilien, qui est resté formellement PDG de Renault, ne s’était pas exprimé depuis son arrestation lundi à Tokyo.

Interrogé par la justice, Carlos Ghosn n’a pas fait usage de son droit à garder le silence et a indiqué n’avoir jamais eu l’intention de dissimuler des revenus, selon des sources non identifiées citées par NHK. L’ancien dirigeant de Renault-Nissan, toujours en garde à vue au Japon, a été arrêté lundi 19 novembre, en même temps que son bras droit, l’Américain Greg Kelly.

L’ancien patron est soupçonné d’avoir dissimulé ses revenus de président du conseil d’administration (CA) de Nissan à hauteur de5 milliards de yens (39 millions d’euros) entre juin 2011 et juin 2015. Il lui est reproché d’avoir fait la même chose pour les trois exercices comptables suivants, ont indiqué vendredi 23 novembre les quotidiens nippons Asahi Shimbun et Nikkei, soit un total de 8 milliards de yens, l’équivalent de plus de 62 millions d’euros de revenus dissimulés aux autorités financières japonaises.

Une équipe « secrète » montée en interne pour enquêter

Carlos Ghosn, qui a été révoqué jeudi 22 novembre de la présidence du CA de Nissan, est également suspecté de ne pas avoir déclaré un bonus de plus de 30 millions d’euros lié à des plus-values dégagées sur les actions, selon Nikkei.

L’agence de presse Kyodo News a par ailleurs affirmé que Nissan avait payé la sœur de Carlos Ghosn 100 000 dollars (87 900 euros) par an depuis 2002 pour une mission de conseil fictive. Nissan avait mis en place une équipe « secrète », incluant des membres du conseil d’administration, pour enquêter en interne cette année sur des soupçons de destruction de preuves par M. Ghosn, selon des sources citées par l’agence de presse.

Un audit interne lancé chez Renault

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a annoncé dimanche sur BFM-TV que « la nouvelle gouvernance de Renault a lancé un audit » sur l’affaire, « à la fois sur les questions de rémunération et les questions d’abus de bien social, pour vérifier qu’il n’y a rien eu de difficile, de délicat que nous puissions trouver ». Cet audit a été lancé avec le « plein accord du gouvernement » et prendra « plusieurs jours », a-t-il ajouté.

M. Le Maire a par ailleurs indiqué que ni le gouvernement ni Renault n’ont obtenu d’informations officielles sur les charges pesant au Japon à l’encontre du bâtisseur de l’alliance Renault-Nissan. Il a demandé à ce que le Japon ou Nissan fassent parvenir « rapidement »ces informations.

Une gouvernance a été mise en place chez Renault pour pallier la mise en détention au Japon de son dirigeant, mais celui-ci reste toujours PDG en titre de Renault. « Tant qu’il n’y a pas de charges tangibles », Carlos Ghosn ne sera pas démis, a répété le ministre de l’économie.

Selon Bruno Le Maire, la présidence de l’alliance Renault-Nissan restera à un Français malgré la crise. « Nous sommes convenus avec mon homologue japonais [venu à Paris, cette semaine] que les règles de gouvernance ne changent pas, a-t-il souligné. Je ne crois pas à la théorie du complot », selon laquelle cette crise serait la marque d’une défiance des Japonais vis-à-vis des Français au sein de l’Alliance, a-t-il dit.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.