Dernières infos

Boké: S.O.S pour sauver la vie d’un handicapé dont le pied se métamorphose

Boké: S.O.S pour sauver la vie d’un handicapé dont le pied se métamorphose

Comme le disait l’autre, citation : « L’amour le plus noble, est celui de l’homme qui donne sa vie pour sauver son ami », fin de citation. Il y a donc, des ans, le jeune Boubacar Diallo, âgé de 33 ans, a subi un accident de la circulation se soldant à la cassure d’un de ses pieds qui, chaque jour que Dieu fait, se métamorphose au grand dam de la victime issue des parents démunis.

Suite au drame en question, le jeune Aboubacar, par manque de moyens et de soins adéquats, s’est retrouvé handicapé et,pendant ce temps, son pied continue de se métamorphoser.

Inquiet de la situation, le président de l’Association des personnes handicapées de Boké, Mamoudou Yabara Camara tire la sonnette d’alarme pour sauver la vie de Aboubacar Diallo, un élément actif de la corporation citée plus-haut.

Au micro de notre reporter, Boubacar Diallo raconte sa mésaventure:

« Un jour, en 2014, j’étais derrière un motard en compagnie d’un ami. Arrivés au carrefour Baralandé, on voulait traverser pour aller à Corrérah. Pendant qu’on était au beau milieu de la route, un jeune qui apprenait à conduire la moto, est venu nous percuter.  C’est là que mon pied a été cassé en quatre (04) parties avec les nerfs centraux.

Mes frères avec les maigres moyens m’ont envoyé à l’hôpital régional de Boké pour coudre la peau. Comme nous n’avons pas de moyens pour supporter les frais demandés par l’Hôpital, c’est ainsi qu’on m’a dit d’aller me traiter chez les guérisseurs traditionnels pour ne pas que mon pied soit pourris complètement. Parce qu’on nous appris à l’Hôpital que si nous allons à l’Hôpital ANAIM de Kamsar, peut-être on va nous facturer 15 millions de francs guinéens.

Mais somme mes parents n’avaient les moyens, ils se sont contentés des médicaments traditionnels pour me soigner pendant sept (07) mois. Là-bas, on a financé 1 million 500 mille francs guinéens sans aucun résultat rassurant. Mes nerfs ne sont toujours pas assis…»

L’homme et ses parents en détresse, comptent sur la solidarité agissante des autorités compétentes et despersonnes de bonne volonté.

Pour lui, jusqu’à preuve du contraire, le social et la solidarité en Afrique restent et demeurent le socle des relations liant les populations entre elles.

C’est dans ce sens que le président de l’association des personnes handicapées de Boké, MamoudouYabara Camara multiplie les visites et prise de contact avec la Direction de l’Hôpital régional de Boké pour sauver la vie du jeune Boubacar Diallo.

La suite est porteuse d’espoirs, selon une source proche du dossier.

A suivre…

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

 

 

A propos de l'auteur

Articles similaires