Dernières infos

Bantama prépare des contre manifestations

Bantama prépare des contre manifestations

« Nous au RPG nous sommes en face de notre destin. Celui de gouverner la Guinée dans la tranquillité. Jeunes du parti, mobilisons-nous et à partir du dimanche, nous allons commencer à lancer les signaux forts pour la remobilisation de la jeunesse. Surtout que nos amis le disent partout, qu’après le mois de ramadan, ils vont organiser des manifestations. »

L’alerte est donnée, ce samedi, au siège du RPG, à la faveur de l’assemblée générale ordinaire du parti. Bantama Sow, comme à son habitude, envoie des pics, égratigne mais surtout met en mal la stabilité et la paix sociales. A la veille de la reprise des marches politiques, projetées par l’opposition républicaine pour exiger le respect des accords, devant se solder par l’organisation des élections locales, le RPG tremble et panique. En effet, depuis le mouvement des enseignants qui a vu toute la capitale se lever comme un seul homme pour réclamer la reprise des cours, le pouvoir de Conakry a été échaudé. Il craint désormais l’eau froide.

C’est pourquoi, depuis l’annonce de la reprise des marches, le pouvoir lâche du lest. Le comité de suivi se retrouve, la Cour constitutionnelle a délibéré. Des avancées et pas des moindres dans le cadre de la décrispation du climat politique. Le tout soutenu par des exigences de l’Elysée et du Quai d’Orsay. Conakry a donc intérêt à mettre de l’eau dans son vin. Pour y arriver, il est question de mettre devant des pions comme Bantama pour faire des menaces de contre manifestations, à peine voilées. Lui-même sait pertinemment que ce n’est pas le souhait de son mentor.

Alpha Condé a besoin de stabilité. Et Boureima Condé l’a traduit vendredi soir au soir des travaux du comité de suivi des accords politiques. C’est dire que l’appel que lance Bantama Sow aux jeunes du RPG, déjà en déphasage avec le parti parce que laissés pour compte, dans les structures dirigeantes du parti, dans l’administration publique ainsi qu’au Port autonome de Conakry est voué à l’échec. Mais, au niveau de l’opposition, on prendrait très au sérieux ces menaces et jure que quiconque sera pris, répondra de ses actes. Il y a donc des étincelles en l’air.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

About The Author

Related posts