Dernières infos

Bano Barry promu: l’extinction des Universités privées prend forme

Bano Barry promu: l’extinction des Universités privées prend forme

Sur les médias d’Etat, jeudi, une promotion. Celle de Bano Barry, désormais conseiller à la Présidence chargé de l’Enseignement supérieur. Cette nomination de ce chercheur et membre de la Commission nationale de réflexion sur l’éducation (CNRE) et professeur de Sociologie à l’Université de Conakry intervient au moment même où l’une des recommandations-polémiques liées à l’extinction des Universités privée alimente les débats.

Très connu pour ses consultations sur la vie sociopolitique guinéenne et interventions médiatiques, Bano Barry vient de fait grignoter les platebandes de YéroBaldé, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Peut-être même le prochain remplaçant potentiel de l’actuel ministre. Il constitue une réelle menace. Quoi de plus normal, surtout que c’est un cadre pétri de talents et mordu de la recherche ou de l’enseignement supérieur tout court.

Dans l’immédiat, Alpha Condé est en phase avec les recommandations issues de la Commission de réflexion, notamment l’extinction des Universités privées. On se rappelle comme si c’était hier, le débat houleux organisé par une radio locale où Ousmane Kaba et Bano Barry, tous deux docteur dans un domaine précis ont échangé, parfois pas avec la manière. Au centre des discussions, le rapport d’audit, entre autres.

Selon des sources, l’intervention de Bano a permis à Alpha Condé d’avoir une autre opinion plus élargie et saine du sociologue. Cette bonne impression s’est aujourd’hui soldée par cette nomination qui, selon des observateurs, n’est que le début d’une ascension pour Bano Barry. Du moins, on croise les doigts. Les Universités privées sont donc fortement menacées.

Aujourd’hui encore plus, avec l’arrivée d’un des architectes du rapport explosif. Récemment, Alpha Condé a envoyé des pics à Ousmane Kaba, sans le nommer, mais faisant état d’ancien ministre qui a construit des Universités. La nomination de Bano, loin d’être hasardeuse est perçue comme un indice qui ne trompe pas. Il est désormais question de passer à l’acte : l’extinction. Et donc, le chômage avec la mort des initiatives privées.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

About The Author

Related posts