Bah Oury monte d’un cran : ce qui fait saliver le paria de l’UFDG

Bah Oury devient tous les jours un grand agitateur, un déstabilisateur inlassable. Il accuse. Il prône la vindicte. Il démobilise. Mais, selon toute vraisemblance,  Dalein Diallo tient bon et compte surtout sur une constance de ses militants.

Malgré les agissements et les nombreux stratagèmes Bah Oury se révèle être inefficace : Dalein indomptable. Et les militants bien convaincus des valeurs de l’UFDG. Mais qu’est-ce qui fait tant saliver le paria du parti de Dalein, devenu nouvel allié du RPG et d’Alpha Condé ?  Le motif est connu. Bah Oury cherche une cure de jouvence, une certaine virginité politique, après avoir été tenté avec le président de la République avec une histoire de comité de réflexion sur l’Education. Il nourrit actuellement le secret rêve de revenir dans un gouvernement. Celui voulu par les Guinéens : plus responsable, plus proche de « la majorité silencieuse ».

C’est ainsi que Bah Oury, sur son blog donne un quitus au diplomate russe qui a dégainé contre les opposants. Pour Bah Oury, les déclarations du Russe « traduisent ainsi un consensus de la part des ambassadeurs accrédités en Guinée sur la question. Ils s’inscrivent dans le cadre de la diplomatie dite préventive afin de stopper une escalade vers la déstabilisation du pays. » Catastrophiste à jamais, Bah Oury, estime que « l’ambassadeur russe peut s’exprimer sur une crise dont le développement peut entrainer des risques et des menaces sur la Guinée. La fragilité de notre pays et l’instabilité chronique des pays du Sahel sont des paramètres qui entrent en ligne de compte, d’autant plus que les pays voisins (RCI, Libéria, Sierra-Léone, Guinée-Bissau, le Sud du Sénégal) sont peu ou prou en convalescence suite à des conflits fratricides. »

Il est normal, selon le paria de l’UFDG, que l’ambassadeur de Russie demande aux acteurs politiques guinéens et « notamment le chef de file de l’opposition de faire preuve de responsabilité pour ne pas aliéner des intérêts majeurs de la Guinée. » Dans les prochains jours, Bah Oury rêve d’être installé dans ses nouvelles fonctions de haut cadre de l’Etat. Il en a déjà émis le souhait.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.