Autisme, schizophrénie : pourquoi les hommes sont-ils plus touchés que les femmes ?

Des chercheurs ont identifié un mécanisme moléculaire qui explique pourquoi les filles résisteraient mieux que les garçons à ces troubles du neurodéveloppement lors de la vie fœtale. Ces travaux confirment l’importance du placenta dans le développement du cerveau.

Les causes de l’autisme ne seraient pas uniquement génétiques  L’autisme est aujourd’hui le trouble du comportement qui connaît le plus fort taux de croissance dans les pays occidentaux. Distribué par French Connection Films, ce documentaire nous explique le lien possible entre autisme et alimentation. 

Le sexe influence le risque de maladie : c’est vrai pour l’hypertension, le diabète, mais aussi pour des troubles nerveux. Ainsi, après la puberté, les femmes sont plus touchées que les hommes par la dépression et l’anxiété. En revanche, les garçons souffrent plus souvent de troubles du neurodéveloppement : autismeschizophrénie ou troubles de l’attention. Pour ces derniers, la cause se trouve peut-être dans le développement in utero. Les embryons masculins seraient plus sensibles au stress maternel prénatal.

L’approche des auteurs est plutôt originale puisqu’elle s’oriente vers le placenta. Cet organe éphémère est sensible à des changements du milieu maternel : l’expression des gènes, la morphologie du placenta, son poids, peuvent varier en fonction de l’alimentation de la mère, sa consommation d’alcool, ses infections ou son stress. Pour mieux comprendre les différences entre embryons masculins et féminins, des chercheurs de l’université du Maryland se sont intéressés à une enzyme qui joue un rôle dans la santé placentaire : OGT, ou O-linked N-acetylglucosamine transferase. OGT agit sur le profil d’expression des gènes en fonction du sexe.

Dans leur article paru dans Nature Communications, les chercheurs montrent que l’enzyme OGT protège les embryons femelles de perturbations au cours de la vie in utero, grâce à des régulations épigénétiques. Les ARNm Ogt et les protéines OGT sont plus nombreux dans les placentas d’embryons féminins que masculins, à la fois chez la souris et chez l’Homme.

Les modifications épigénétiques influencent le développement du cerveau

Dans un communiqué, Tracy Bale, une des auteurs de l’étude, a expliqué que « le gène OGT est sur le chromosome X, et semble fournir au fœtus féminin un niveau de protection à des perturbations de l’environnement maternel ». OGT échapperait à l’inactivation du chromosome X : chez l’embryon féminin, les deux copies du gène seraient actives, contre une seule chez l’embryon masculin.

OGT agirait par l’intermédiaire de modifications épigénétiques appelées H3K27me3, qui correspondent – comme cette abréviation l’indique – à une triméthylation (me3) de la lysine 27 (K27) de l’histone H3. La modification des histones est un des mécanismes épigénétiques influençant l’expression de gènes. Les profils d’expression des gènes dans le placenta contribuent à des différences dans le développement de l’hypothalamus, une région souvent impliquée dans les troubles du neurodéveloppement, comme l’autisme ou la schizophrénie.

Cette voie pourrait aider à expliquer pourquoi nous voyons cette profonde différence neurodéveloppementale chez les humains

Par l’entretien de niveaux importants de H3K27me3 dans le placenta, l’embryon féminin obtient ainsi une meilleure résistance au stress maternel que les embryons masculins. Pour Tracy Bale, « cette voie pourrait aider à expliquer pourquoi nous voyons cette profonde différence neurodéveloppementale chez les humains ».

La chercheuse avait déjà montré que chez la souris un stress touchant le père pouvait affecter le développement du cerveau de la descendance : le stress peut altérer les spermatozoïdes par épigénétique, ce qui se répercute sur le développement du petit.

  • Les garçons souffrent plus de troubles du neurodéveloppement que les filles.
  • Ce serait lié à la présence de la protéine OGT dont le gène se trouve sur le chromosome X.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.