Après son humiliation, Damantang cherche à rebondir

La pratique est bien connue des Guinéens : quand un ministre est en disgrâce, il use et abuse des moyens fallacieux pour revenir, pour rebondir. Pour le cas de Damantang Camara, le ministre du Travail qui a été ignoré pour entamer des négociations syndicales faute de clairvoyance et de subtilités, il a opté pour un écrit.

Sur un site guinéen, le ministre en disgrâce évoque des« contestations relatives aux résultats » des élections du 4 février qui« prennent une fois de plus une tournure violente ». Pour lui, les populations attendent que cette consultation électorale arrive à son terme avec l’élection des maires et la désignation des chefs de quartier. « Les discours, revendications et calculs politiques ont en effet tendance à faire oublier que ce sont les populations à la base qui doivent être les bénéficiaires de ces élections et non les chefs de partis », fait-il savoir. A son avis, « Ce qui intéresse les administrés ce n’est pas de savoir si leur Maire ou leur Chef de quartier est de l’UFDG ou du RPG, s’il est Peul, Malinké ou Guerzé mais bien s’il saura faire face aux défis d’une gouvernance au service du développement de leur localité. ».

Connaissant les pratiques électorales en Guinée, se trouver un Maire ou chef de quartier rassure moins de fraudes au niveau local. Un maire RPG est toujours tenté au moins de défendre les résultats des urnes, à défaut de les bourrer.Damantang Camara cherche à revenir dans les grâces du Président et du RPG. Il n’a donc pas besoin de mentir ou de tenter de camoufler la bataille rangée au niveau locale. Maire et Chefs de quartiers constitueront une sentinelle pour tel ou tel autre parti. Même si on ne veut pas que cela soit dit.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. HumbleSky dit

    Merci Je suis heureuse qu’ils te servent !freelance copywriter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.