ANAFIC : une agence pour financer les collectivités locales

Le Ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation a soumis l’examen du projet de Décret portant création et régime financier de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC). C’est une annonce faite hier par le porte-parole du gouvernement, à la suite de la tenue du conseil des ministres.

Pour Boureima Condé le processus de décentralisation et de développement local engagé dans notre pays depuis plus de trente ans, a pris un nouveau départ avec les autorités de la 3ème République, avec des avancées notables, au plan politique et en matière de gouvernance locale, après plusieurs années de quasi-stagnation. Cette situation a occasionné selon lui des effets liés notamment à : des difficultés de gestion technique de la fiscalité locale et des appuis du budget national dédié aux collectivités locales; une absence d’harmonisation des interventions des partenaires techniques et financiers qui appuient le développement local ; une dispersion des efforts de développement du fait de l’existence de plusieurs mécanismes de financement qui obéissent à la logique d’intervention de chaque bailleur de fonds.

Partant, Boureima Condé a rappelé que la Loi N° 2016/001/AN du 16 janvier 2016 portant Loi de Finances initiale pour l’année 2017, a institué le Fonds National de Développement Local chargé de consolider l’ensemble des financements destinés au développement des collectivités locales. L’objectif de ce fonds est de faciliter les transferts de ressources aux collectivités locales, à mobiliser les fonds apportés par les partenaires au développement et à assurer une péréquation entre ces collectivités locales. A ce titre, un projet de décret portant création, régime financier, attribution et organisation d’un Etablissement Public Administratif, en charge de la gestion dudit Fonds (l’ANAFIC) a été rédigé et validé par la Commission Interministérielle de Pilotage de la Lettre de Politique Nationale de Décentralisation et de Développement local, en étroite collaboration avec les administrations des Ministères de l’Economie et des Finances et du Budget.

En mettant ainsi en place l’ANAFIC, on pourra assister au financement de l’essentiel des investissements et l’accomplissement technique des collectivités locales, de permettre une lisibilité et une traçabilité de l’ensemble des ressources mises à la disposition des élus locaux.

A rappeler que ledit fonds sera alimenté par les ressources nationales tirées des revenus miniers en vertu des dispositions de l’article 165 du Code Minier et auxquelles viendront s’ajouter celles des partenaires techniques et financiers. Une autre mangeoire en gestation pourrait-on dire, au regard de la grande corruption qui gangrène le pays.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.