Alpha Condé, le 2 octobre et les piques à Dalein

Dalein Diallo a snobé le 2 octobre mais il s’est rendu au banquet offert par le gouvernement où il a d’ailleurs rencontré bien des Chefs d’Etats. Cette posture du chef de file de l’opposition a alimenté les débats. Au niveau du RPG, la pilule n’a pas passé. Damaro tance Dalein et va jusqu’à qualifier d’impardonnable l’absence de l’opposant au stade du 28 septembre.

Alpha Condé a profité de sa sortie pour envoyer des piques et se féliciter de la mobilisation : « Comment pouvez-vous expliquer cet enthousiasme non seulement à Conakry mais aussi dans toutes les préfectures de Guinée. Quand je suis arrivé au stade j’ai crié en disant aux forces de l’ordre de laisser les gens rentrer, mais ils m’ont dit qu’il n’y avait plus de place. Il y avait autant de gens dehors qu’à l’intérieur. Les gens sont venus à pieds de tous les quartiers. L’opposition a demandé à ses militants de ne pas venir, mais vous avez vu comment les gens de Bambéto se sont mobilisés pour venir à pieds. A Labé partout dans les autres préfectures c’était comme ça.  Cela montre que la jeunesse guinéenne était fière au fond. »

Et de s’offrir Dalein Diallo: « Chaque homme est libre, mais le peuple de Guinée a montré son engagement, c’est ça le plus important. L’unité et l’enthousiasme populaire ont frappé les Chefs d’Etat présents. Tout le monde s’est comporté correctement, il n’y a pas eu un seul cri hostile. Cette unité du peuple derrière le gouvernement a frappé. Evidemment quand l’opposition organise des manifestations, et envoi 1000 personnes dans la rue,  RFI dit qu’il y a 50 000. Tous les chefs d’Etat qui sont venus ont vu la réalité. Comme disait quelqu’un on ne voit que l’arbre qui cache la forêt. Ça été une grande démonstration d’adhésion et d’unité. »

Cette mobilisation a été rendu possible grâce à la gratuité du transport urbain en train et en bus. De quoi transporter les curieux et autres citoyens.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.