Alpha Condé :l’anarchiste qui déteste l’anarchie !

«Il faut que tout le monde sache que désormais, il y a un Etat en Guinée. Chacun a des droits, mais chacun doit respecter la Loi sinon nous devenons des animaux. Celui qui commet un délit ou un crime doit répondre devant la Loi. » Un refrain ? Une rengaine ? Un verbiage ? Plus personne ne le sait.

Mais Alpha Condé fredonne fréquemment et mélodieusement ces genres de menaces qui font du bien à l’oreille des Guinéens ayant écouté et mémorisé ces genres de sorties du président. Anarchiste dans l’âme parce que un pan de sa gouvernance, Alpha Condé est cet antiautoritaire qui semble détester l’anarchie. Il détient tous les leviers des sanctions, de la puissance publique pour mater dans les règles de l’art, selon les respects conventionnels. Mais, lui-même piétine les lois de la République. Il est le premier violeur de la loi. Lui qui avait prêté serment de « respecter et de faire respecter les lois de la République », au risque de faire face à un parjure. Alpha Condé est devenu celui qui a fait un faux serment, qui viole son serment, qui se parjure. C’est en quelque sorte l’anarchiste qui déteste l’anarchie. Il l’a fait savoir dernièrement en recevant des sages de la Moyenne Guinée.

A ces interlocuteurs, il avait déclaré : «Je ne vais gracier ceux qui ont commis des crimes parce qu’il faut que tout le monde sache que désormais il y a un Etat en Guinée et que l’anarchie c’est fini. On n’acceptera plus qu’on casse les véhicules des gens, qu’on casse leurs boutiques, leurs maisons. Celui qui le fera subira la rigueur de la Loi. Il faut qu’il  y ait la Loi pour que les Guinéens puissent vivre en paix. »

Les Guinéens ont trop entendu ces rengaines. Autant agir maintenant et enfin en balayant tout d’abord à sa porte, car, il y a bien des RPGistes qui ont fait d’enrichissement illicite et donc commis de délits économiques. Alpha doit sévir, comme le recommande le RPG lui-même. Sans aucune injustice. C’est cela aussi la restauration de l’autorité de l’Etat. Le reste, c’est de la diversion.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.