Afrique : le malaise de la baisse du prix du pétrole

Pour la première fois depuis le mois d’octobre, le baril de pétrole est descendu sous les 60 dollars.

Pour des pays qui ont le pétrole comme principale source de devise, à l’instar de l’Angola, du Nigeria de la Libye et certains de la CEMAC, les conséquenses risquent d‘être douloureuses.

En plein parachèvement des budgets pour 2019, beaucoup de pays qui avaient tablé sur un baril supérieur ou égal à 70 dollars, devraient vite revoir à la baisse leurs prévisions de recettes.

Le marché mondial du pétrole connaît actuellement une surabondance. Une tendance qui devrait persister en 2019, selon l’Agence Internationale de l‘énergie.

Une réunion ministérielle l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est du reste prévue le 6 décembre.

La baisse de la production pétrolière pour une remontée des prix, devrait être à l’ordre du jour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.