Affaire 3è mandat : Les propos d’Aziz Diop irritent les acteurs de la Société civile

Le débat sur la question d’un 3è mandat occupe la Une de l’actualité nationale. Et ce, après l’alerte lancé par le Chef de file de l’opposition, qui, s’exprimant sur les ondes de RFI, appelle les guinéens à barrer la route à un éventuel projet de 3è mandat pour le Président Alpha Condé.

Voulant se donner une image aux yeux du Chef de l’Etat, le préfet de Kankan, estime qu’Alpha Condé doit continuer à diriger la Guinée au delà de 2020, qui marque la fin de son second et dernier mandat.

Pour Aziz Diop, le scrutin présidentiel de 2020, « C’est une compétition nationale à  l’honneur du chef de l’Etat, notre grand leader Alpha Condé qui doit rester au pouvoir jusqu’en 2025. La jeunesse de Kankan est prête, vous verrez les pancartes. Celui qui s’oppose au troisième mandat, cela n’engage que lui », a déclaré le premier magistrat de Kankan.

Mais cette sortie médiatique d’Aziz Diop suscite des vives réactions des acteurs de la Société civile, où il était issu, avant d’être promu préfet de Kankan.

Au cours d’un déjeuner de presse ce jeudi,  la réplique ne s’est pas fait attendre. Par la voix du coordinateur général de la maison des associations et ONG, la Société civile juge les propos du préfet de Kankan, irresponsable.

« Bien que le président de la république ne s’est pas prononcé, au sein de la maison des associations, nous respectons les textes de loi. Chez nous, c’est la république ou rien.  Nous allons jamais cautionner d’accompagner ou de ne pas condamner un acte allant dans ce sens. Nous avons pris tout le temps qu’il fallait pour pouvoir examiner toutes ces questions et nous pensons que les acteurs de la société civile doivent tenir des marches citoyennes pour amener le président de la république à se prononcer enfin sur cette question de 3ème mandat », a-t-il rappelé.

Poursuivant,  Lansana Diawara estime que « C’est indigne et irresponsable de la part d’un acteur de la société civile. Si cela se répétait, nous allons demander une mobilisation des citoyens pour protester contre le préfet. Ce n’est pas parce que c’est un de nous que nous pouvons admettre ces propos aussi indignes d’un ancien acteur de la société civile. », regrette le coordinateur général de la maison des associations et ONG, qui  appelle à la mobilisation de l’ensemble de la société pour condamner fermement les propos d’Aziz Diop.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.