Dernières infos

Affaire 28 septembre : Toumba Diakité inculpé !

Affaire 28 septembre : Toumba Diakité inculpé !

Trois jours seulement après son extradition vers la Guinée, Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba, qui a été arrêté le 20 décembre à Dakar, a été inculpé dans l’affaire du massacre du 28 septembre.

Dans un communiqué du ministère guinéen de la justice, rendu public ce mercredi 15 mars,  quinze  chefs d’accusation ont été retenues contre l’ex- aide de camp du Capitaine Moussa Dadis Camara, lui-même poursuivit dans la même affaire.

Désormais, Toumba Diakité est « poursuivi pour des faits de meurtres, de viols, de pillages, d’incendies volontaires, de vols à main armée, de coups et blessures volontaires, d’outrages à agents de la force publique, de tortures, d’enlèvements, de séquestrations, d’agressions sexuelles, d’attentats à la pudeur, de responsabilité de commandement des chefs hiérarchiques et militaires et de complicité ».

Selon le communiqué du gouvernement guinéen, l’accusé a, « le 14 mars 2017, été présenté au pool des juges d’instruction chargés de l’information des infractions commises le 28 septembre 2009 ; et, il lui a été fait notification des charges des chefs d’infractions citées plus haut dans le respect strict des droits de la défense ».

« Il a été, le 13 mars 2017, poursuit le communiqué, procédé à la vérification de son identité afin de s’assurer de la conformité aux renseignements portés dans les pièces du dossier d’extradition. Cette formalité a été effectuée par le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Dixinn en présence de trois avocats choisis par M. Aboubacar Sidiki Diakité dit « Toumba », précise le communiqué.

Un événement salué par les défenseurs des droits de l’homme et les familles des victimes qui attendant toujours que justice leur soit rendue.

Maintes fois reporté le procès des présumés auteurs du massacres du 28 septembre est annoncé pour cette année 2017.

Pour rappel, le 28 septembre 2009, au stade du même nom, au moins 157 personnes avaient été tuées au cours de rassemblement d’opposants à la candidature du Capitaine Moussa Dadis Camara, à la présidentielle, 109 femmes violées et plus d’un millier de blessés.

Plus de 7 ans après les victimes attendent toujours que justice leur soit rendue.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

About The Author

Related posts